En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookie afin de nous permettre d'améliorer votre navigation.
En savoir plus
J'accepte

Ouest Magazine

Ouest magazine été 2022


Culture

Le Ventre lisse

13 février 2023

Le Ventre lisse Olivier Delahaye
FacebookTwitter

Élevé dans une famille d’intellectuels férus du Moyen-Âge, Romain se pose beaucoup de questions. Le dialogue n’est pas de mise dans cet univers puritain qui refuse le monde moderne et toute la vulgarité qu’il véhicule. Romain, 11 ans au début du roman, est curieux de la vie, et surtout des filles. Éternelle question qui le taraude : que se cache-t-il sous les jupes des filles ? Il a vu beaucoup de tableaux, de sculptures où le corps est représenté parfois sans pudeur, mais en vrai c’est comment ? Il aime la sensualité du contact féminin et particulièrement celle avec sa nounou, pas vraiment aveugle quant à la motivation des contacts charnels demandés par ce jeune garçon. Il devient obsédé par le corps féminin qu’il aimerait toucher. Mais tout bascule le jour où, persuadé qu’une jeune fille devient femme en coupant son pubis, il va tenter l’expérience sur sa cousine…


Les adultes, pour une fois dans cette histoire, arriveront au bon moment. Il aime la musique mais il aime encore plus sa jeune professeure qui va l’éveiller avec tendresse à la sensualité et à l’amour. Celui qui fait accélérer le rythme cardiaque, celui qui ne fait que du bien et donne au regard un éclat si particulier. Un amour pur et innocent avec cette femme, dont le handicap donne une dimension si particulière à l’attention à l’autre et au toucher, qui va forger son adolescence. C’est un roman initiatique. Pas de fausse pudeur mais de la beauté dans la relation à l’autre, dans le respect. C’est très beau d’imaginer un enfant se développer, et ainsi d'imaginer quelle belle personne il va devenir. C’est profondément décalé avec le monde dans lequel sont éduqués nos jeunes ados : on aimerait tant leur souhaiter de telles découvertes pures et sensuelles. Alors pour une fois, j’ai envie de dire bravo aux parents baignant dans leur microcosme, l’éveil à la culture n’est jamais perdu…






Magazines
Ouest Immobilier Neuf