> 
 > 
Ouest magazine n°11
Feuilleter ce numéro - Ouest Magazine Télécharger ce numéro - Ouest Magazine Voir les anciens numéros - Ouest Magazine
Abonnement - Ouest Magazine
Newsletter - Ouest Magazine
Annonceurs - Ouest Magazine

DÉCOUVERTES

LE STREET ART S'IMPOSE EN TERRITOIRE VANNETAIS !


21 Mars 2017

Le street art s'impose en territoire vannetais ! Le street art s'impose en territoire vannetais ! Le street art s'impose en territoire vannetais !



Le street art est un mouvement artistique en pleine expansion mais encore peu présent en Bretagne contrairement à d'autres villes étrangères comme à Berlin ou Londres. Aujourd'hui, Vannes fait ses premiers pas vers cet art libre grâce aux artistes reconnus Zag & Sia et Rone. Découvrons ensemble cet art de rue , synonyme de liberté ... 

Qui sont les artistes vannetais ?

L’association l’Art prend la rue fondée par Laurent Sanchez prend de l'ampleur cette année ! De nouveaux artistes émergent dans ce domaine artistique plein de messages et d'authenticité. À ce jour, les artistes vannetais sont jeunesmais forts d'expériences et de maturité et ont à coeur de partager leur passion. Leur style évolue au fil des temps et chacun se perfectionne dans un genre particulier. Ils connaissent tous très bien les codes du street art et travaillent dans le respect d'autrui. Certains d'entre eux dépassent le stade du graff et réalise de véritables oeuvres d'art en proposant une approche très artistique et comtemporaine.

Un art toléré 

 
Vannes aussi a ses lieux de prédilection en matière de graff et certains lieux sont bien connus pour être les proies des artistes ! Parmi ces endroits nous retrouvons le mur Saint-Joseph, une zone au Poulfanc et quelques ponts ou tunnels aux alentours de Séné. Ailleurs, les graffs sont effacés, mais globalement, il n’y a pas de confrontation. La ville de Vannes possède un fort patrimoine culturel en terme d'histoire et d'art. Tout cela est bien évidemment respecté par les graffeurs qui n'ont jamais taggé sur un mur des remparts ou intra-muros. Ici, la volonté de se faire voir et de se faire reconnaître n’est pas aussi forte que dans les grandes métropoles françaises ou étrangères !
 
Vannes : une exception ?

Le mouvement street art ne concerne pas uniquement les métropoles, c'est une vraie vague sur laquelle même les villes moyennes surfent. Par exemple, à Redon, vous pouvez rencontrer sur votre chemin les friches Garnier, qui représentent plusieurs milliers de mètres carrés de murs à la merci des graffeurs. La loi, aujourd’hui, n’est pas adaptée au street art, il est difficile d'allier à la fois de la bienveillance et de l’ouverture de la part des communes, mais aussi un contrôle. Il ne faut pas choquer ou s'imposer, mais l'idée est d’intégrer l’art dans la rue, de manière gratuite et à destination de tous. Cet art permettrait à la fois, d'ouvrir les esprits, éduquer et susciter le débat sur l’occupation de cet espace public mais en toute délicatesse. 
 




Bannière Ouest
Ouest Immobilier Neuf