actualités RESTAURANTS RECETTES
 > 
 > 
Ouest magazine n°11
Feuilleter ce numéro - Ouest Magazine Télécharger ce numéro - Ouest Magazine Voir les anciens numéros - Ouest Magazine
Abonnement - Ouest Magazine
Newsletter - Ouest Magazine
Annonceurs - Ouest Magazine

GASTRONOMIE

GÂTEAUX DE VOYAGE


17 Juillet 2014

Gâteaux de voyage Gâteaux de voyage Gâteaux de voyage Gâteaux de voyage



Ouest magazine a rencontré Brieg Olivier, un entrepreneur pâtissier qui fait durer le plaisir avec ses petits gâteaux à la vie longue. Voici un extrait de notre échange avec le créateur de Mimi Gwastell, de merveilleux petits gâteaux pour accompagner le thé et le café. Cette biscuiterie et pâtisserie est installée à Rennes, en Bretagne.

Brieg, pouvez-vous nous éclairer sur votre parcours ?
Je suis originaire de Bretagne, j’ai grandi dans les Monts d’Arrée, dans une culture d’accueil, de convivialité, en particulier autour de la table. J’ai choisi de travailler dans l’alimentaire car manger me passionne, pour des questions de plaisir et de culture.
J’ai fait une École de Commerce à Lyon où je me suis formé au marketing, à la vente et à l’entrepreneuriat. À la sortie de l’école, j’intègre le groupe Danone, je travaille pour Évian en Scandinavie, puis pour les yaourts Danone à Paris, pendant 8 ans. En
2007, je rejoins Innocent, la fameuse startup agro-alimentaire anglaise qui implante ses smoothies en France, comme directeur commercial. En 2009, je deviens directeur des Desserts Senoble.
Comme consommateur et comme acteur de l’alimentaire, j’ai pu constater l’appauvrissement et la superficialité de la relation que nous avons avec l’alimentation. On mange en acheteur et on achète le moins cher ou celui qui crie le plus fort. Alors que manger est une oeuvre importante : cela construit les cellules de notre corps et notre relation à l’autre, pas moins… « Nous sommes ce que nous mangeons », dit Jane Goodall, la célèbre anthropologue britannique. En Bretagne en particulier, nous sommes très fortement interrogés par cette question parce que notre terre travaille beaucoup pour l’alimentation, parce que nos emplois en dépendent aussi fortement, parce que nous avons des savoir-faire merveilleux dans les métiers de bouche traditionnels et parce que manger y reste un moment festif et de partage.
 
Pourquoi la pâtisserie et particulièrement les gâteaux de voyage ?
Dans l’univers des gâteaux et des pâtisseries qui se conservent en particulier, je me suis rendu compte que l’offre s’était réduite à des recettes traditionnelles standard, dont les ingrédients avaient parfois perdu significativement en noblesse (madeleines, quatre-quart, cakes). J’ai voulu retrouver avec Mimi Gwastell la noblesse du gâteau, en travaillant comme la haute pâtisserie, avec qualité, créativité, exigence, subtilité et en faisant vivre ces gâteaux dans les usages d’aujourd’hui.
Je me suis formé à la pâtisserie, j’ai travaillé avec plusieurs pâtissiers, dont un Meilleur Ouvrier de France et en août 2013, Mimi Gwastell sortait du four son premier petit gâteau.
 
Comment naissent vos gâteaux et pourquoi se conservent-ils si bien ?
L’important pour nous, c’est ce petit moment que les gens vont passer avec un de nos petits gâteaux. Nous avons beaucoup travaillé autour du moment du thé par exemple : nous avons retrouvé cette recette traditionnelle de croûte à thé dont j’avais un souvenir inouï
de dégustation dans un salon de thé à Saint-Pol-de Léon. De même avec le gâteau breton qui accompagne toujours un café dans notre région.


[…] Suite de l'interview dans notre numéro été 2014 ;)


www.mimigwastell.com


 




Bannière Ouest
Ouest Immobilier Neuf